Archive de la ‘Sciences’ Categorie

23 Jan
2013

Timelapse d’étoiles de mer

Toujours avide de timelapse et de curiosités biologiques, la personne de référence c’est Taupo, auteur du blog Strange stuff and funky things. Maître en débuscage de petites perles et  autres bizarreries biologiques, chacun de ses articles est un véritable plaisir de lecture. En plus de nous raconter de jolies histoires naturelles sur un ton décalé, son compte twitter partage des liens toujours de qualité, à l’image de ce timelapse d’étoiles de mer.
Le ballet des étoiles ne se cantonne pas seulement à la voûte céleste…

 

 

12 Oct
2012

Une tortue qui urine par la bouche

Le Trionyx de Chine ou Pelodiscus sinensis est une tortue à carapace molle vivant en Chine et au Japon. Tout le monde a eu l’occasion de se retenir d’uriner, gesticulant d’un pied sur l’autre pour soulager sa vessie. Pour cette tortue, c’est le museau qui la démange. En effet, elle urine  par la bouche en plongeant sa tête dans une flaque d’eau afin de diluer et recracher son urée!

Les muqueuses buccales des tortues ont toujours intrigué les chercheurs. Dès le 19e siècle, des savants ont tenté de comprendre une mystérieuse doublure au niveau de la paroi de leurs bouches, recouvertes de minuscules protubérances en forme de doigts. Ces structures permettent aux tortues de respirer sous l’eau en augmentant la surface, favorisant ainsi les échanges d’oxygène et de dioxyde de carbone.


Crédit photo Muzina Shangai under CC

Des chercheurs de l’université de Singapour viennent de publier dans  journal of experimental biology cette curieuse découverte.

Dans une première expérience, les teneurs en urée des tortues et de l’eau contenue dans un aquarium ont été déterminées. Au moyen d’une sonde urinaire, les chercheurs ont alors calculé que seulement 6% de l’urée est excrétée par le cloaque.

Dans un second temps, les tortues ont été placées dans un enclos ne disposant que de quelques flaques éparses. Après plusieurs jours, un pot rempli d’eau leurs a été présenté. Elles se sont immédiatement précipitées vers ces points d’eau afin d’y plonger la tête, pour des durées variant entre 20 et 100 minutes. En mesurant la quantité d’urée après passage des reptiles, il a ainsi été démontré que ces tortues se sont servies de l’eau pour diluer et évacuer l’urée. Cette fonction est assurée par la présence d’un transporteur protéique localisé au niveau de l’épithélium buccal de la tortue alors qu’il est habituellement exprimé dans le rein chez les autres espèces.

Ces mécanismes atypiques ne sont pas seulement là pour nous faire marrer, même si l’idée de pisser par la bouche est assez délirant. Ces tortues y trouvent naturellement un intérêt. Peuplant marais et des marécages, l’eau est bien souvent saumâtre et l’eau douce est denrée rare. Excréter par les reins forcerait à consommer beaucoup d’eau et donc à accumuler du sel dont il serait difficile de se débarrasser. Plutôt que de boire de cette eau saumâtre, autant se faire un bain de bouche. Pouvant ainsi se passer d’eau douce, ces tortues ont certainement acquis un avantage dans la colonisation des environnements saumâtres. La plupart des poissons excrètent par leurs branchies, et certains amphibiens et dipneustes peuvent excréter par leur peau, ces tortues à carapace molle sont certainement un cas isolé.

A méditer dans une société qui utilise de l’eau potable pour rincer son pipi/popo…

Sources

New Scientist

The Journal of Experimental Biology

19 Sep
2012

Bacteriography, tirage photo sur bactéries

Ancien microbiologiste reconverti dans les arts visuels, Zachary Copfer a cherché un moyen de mettre en contact deux domaines trop souvent séparés: la Science et l’Art. Bien que chacun puisse s’ébahir devant une oeuvre artistique, il est beaucoup plus difficile de s’extasier devant une théorie scientifique, si sexy soit-elle. Alors que la Science, c’est pourtant se délecter de la beauté infinie de notre univers! Infinie, donc incompréhensible!

A  travers cette volonté de (re)connexion, il a conçu la Bacteriography, un nouveau procédé photographique. L’élaboration des photographies consiste à créer un papier photosensible constitué d’un tapis uniforme de bactérie. L’apposition d’un pochoir joue le rôle du film photographique. Une lumière UV va ensuite imprimer l’image!

Une petite touche d’acrylique et vous pouvez accrocher la photo dans votre salon labo.

Source

Huffington Post

21 Mar
2012

Perpetual Ocean, beauté des flux

Perpetual Ocean est une animation/visualisation produite pour le musée Goddard Flight Center visant à appréhender les courants océaniques sur la surface de la Terre, entre juin 2005 et décembre 2007. Acquisition des données, mathématiques et représentation graphique. Pas de narration, pas d’annotation, seul le courant des données du flux océanique rendant notre planète vivante à travers  une expérience simple et viscérale.

Cette visualisation a été produite avec un modèle mathématique du JPL et de la NASA, dans le cadre de ECCO2, Estimation de la Circulation et le Climat de l’Océan, Phase II. ECCO2 est un modèle haute résolution de l’océan global et des glaces marines. Cette modélisation utilise des résolutions très fines afin de comprendre les tourbillons océaniques et l’ensemble des systèmes de transport de chaleur et des différents éléments chimiques, notamment le carbone. Bien que ce modèle s’intéresse aux courants à toutes les profondeurs, seuls les flux de surface sont représentés dans cette visualisation. Les surfaces sombres donnent néanmoins une idée du relief. La bathymétrie sous-marine ayant été exagérée de l’ordre de 20x à 40x.

crédit:

ECCO2 website (ils font de belles vidéos mais le site pique les les yeux)

NASA / Goddard Space Flight via ufunk

S’abonner

Recherche

Dans les nuages

Dernières photos

Lampad'oeil EscaLUlier EscaBealieuLator Passer'elle Couronne et pied de château InceBrou SaillePtion Cherche son fils? Le buisson de l'origine du monde

  • RSS
  • Facebook
  • Google+
  • Flickr
  • YouTube
  • Last.fm
  • Delicious