Articles Taggés ‘Animal’

27 avr
2015

Une chenille à tentacules

Lors d’une récente expédition en Amazonie péruvienne @AaronPomerantz a découvert une étrange chenille et lui a crié dessus pendant des heures.

Mais pourquoi crier sur une malheureuse chenille?

Après être monté au sommet d’un arbre, surplombant la canopée, Aaron a appelé son groupe en contrebas et un mouvement devant lui a attiré son attention. Sur une branche à proximité, une chenille ne semblait pas vraiment apprécier le cri de l’hominidé et stipulait son mécontentement en déployant quatre étranges appendices tentaculaires. Cette réaction au bruit était si particulière que tout le groupe est monté à la cime de l’arbre et s’est mis à crier à tour de rôle pendant plus d’une heure!

Cette chenille appartient à la famille de papillons Geometridae du genre Nematocampa. répondant au nom vernaculaire d’arpenteuse à cornue ou de porteurs à incandescence, elles peuvent être trouvés en Amérique du Nord et de la région néotropicale.

David Wagner, dans son livre Caterpillars of Eastern North America note:

C’est difficile à imaginer mais Nematocampa imite les étamines d’une fleur. Alarmées, ces chenilles déplacent leur hémolymphe en filaments afin de doubler le longueur de leurs appendices [1]

Nematocampa chenille tentacules tentacule

Wagner propose que le mouvement des tentacules de la chenille est semblable à la façon dont les fleurs bougent lorsqu’elles sont soumises au vent. Ce comportement, et la structure afférente, pourraient avoir plusieurs fonctions:

  • Les tentacules s’étendent lorsque la chenille est alarmée de sorte qu’un prédateur (comme un oiseau) a une plus grande probabilité de pincer un tentacule, par opposition au corps. La chenille pourrait ainsi se laisser tomber afin d’échapper à l’attaque, de la même manière que la queue amovible des lézards.
  • Le soies, ou poils, situés à l’extrémité d’un long tentacule seraient de très sensibles détecteurs de vibrations capables de repérer les oiseaux ou les insectes émettant des sons à proximité [2].

Aaron ne pensait certainement pas avoir été embauché pour crier sur des chenilles mais ça fait une belle histoire pour cet organisme pour le moins bizarre!

[1] Wagner DL (2005) Caterpillars of Eastern North America. A Guide to Identification and Natural History. Princeton University Press, Princeton. 512 pp

[2] Sourakov A, Stubina M (2012) Scientific note: functional morphology of masquerading larva of Ceratonyx satanaria with notes on horned spanworm, Nematocampa resistaria (Geometridae: Ennominae). Tropical Lepidoptera Research. 22:53-59

Source

Rainforest Expeditions

19 mar
2015

Araignée miroir, le pouvoir de la boule à facettes

C’est peut-être ma fibre microbiologiste mais j’ai l’impression que plus l’on s’intéresse au minuscule et plus l’émerveillement est grand. La photographie macro permet ainsi de révéler le magnifique des petites bêtes et certains excellent dans cet art à l’image de Nicky Bay et de ses découvertes singapouriennes.

9500664870628

Ce ne sont pas des bijoux mais des araignées du genre Thwaitesia familièrement appelées araignées miroir ou araignées à paillettes. Ces motifs décoratifs servent à éloigner les prédateurs en provoquant la confusion.

Les facettes de cette boule à disco sont des petits miroirs constitués de cristaux de guanine. Ils sont produits par les cellules intestinales appelées guanocytes situées sous la « peau » transparente ou cuticule, de l’abdomen de l’araignée. A l’instar des caméléons, ces araignées peuvent changer de couleur en contractant des muscles rétrécissant la surface réfléchissante.

19 avr
2013

Macro d’insectes, avec des gouttelettes

Dmitriy Yoav Reinshtein est un photographe de 26 ans, originaire de Tel Aviv, en Israël. Vivant de l’art publicitaire et retoucheur créatif, une de ses passions personnelles est la photographie macro d’insectes. Passion relativement commune, des millions de clichés (toujours superbes) jonchent le net. La valeur ajoutée par Reinshtein dans ses compositions tient en la mise en scène de minuscules gouttelettes. Une petite touche supplémentaire d’imaginaire, poésie de la beauté du microscopique, vivant magnifiée en géant!

Source:

Petapixel.com

8 mar
2013

Illusion d’optique, chat va bien!

L’illusion d’optique du serpent en rotation n’a toujours fait tripper, notre cerveau s’octroyant un brin de psychédélisme en imprimant du mouvement qui n’existe pas réellement. Mais ils ne savent pas exactement pourquoi cela fonctionne encore, Selon les psychologues japonais Akiyoshi Kitaoka et Hiroshi Ashida, le secret de mystère n’est pas totalement levé, comment le décalage et la division de ces lignes colorées rayonnant depuis le cente peut-il créer cette impression rétinienne? La fiche wikipedia concernant les illusions d’optique est d’ailleurs plutôt bien foutue!

Avec internet, le sujet d’étude n’est pas l’humain et encore moins le rat de laboratoire, c’est naturellement le chat!

Le youtubeur suédois Rasmus a posté une vidéo de son chat aspiré par les rotation du serpent… à moins qu’il ne joue simplement avec un papier comme n’importe quel châton? On se lance dans l’impression de cette illusion, et on teste sur notre quadrupède? Qui s’occupe de rédiger le matériel et méthode? EN attendant, vous pouvez toujours aller lire une Brève de Chat

Sources:

Plus d’illusions optiques
Boing boing

S’abonner

Recherche

Dans les nuages

Dernières photos

Lampad'oeil EscaLUlier EscaBealieuLator Passer'elle Couronne et pied de château InceBrou SaillePtion Cherche son fils? Le buisson de l'origine du monde

  • RSS
  • Facebook
  • Google+
  • Flickr
  • YouTube
  • Last.fm
  • Delicious