Articles Taggés ‘Microscopie’

7 Avr
2013

Cthulhu, dans l’arbre du vivant!

Des chercheurs de l’Université de British Columbia ont découvert deux nouveaux symbiotes, vivant dans l’intestin des termites. Ils ont pris la surprenante initiative de les nommer en référence à un monstre fictif, le grand ancien créé par le fantastique auteur HP Lovecraft.

« Lorsque nous les avons vus au microscope, c’était surprenant, ça ressemblait presque à une piscine de pieuvres »

Selon Erick James, chercheur au laboratoire The keeling Lab, ces protistes unicellulaires, Cthulhu macrofasciculumque et Cthylla microfasciculumque, aident les termites à digérer le bois.

 Cthulhu est dépeint à travers l’oeuvre de Lovecraft comme un géant humanoïde, doté d’ailes et à tête de pieuvre. Cthylla, sa fille, et a une apparence semblable.

La diversité des organismes microbiens est encore aujourd’hui inconnue et leurs habilités biochimiques est une ressource complètement presque complètement inexploitée. L’étude des protistes peut nous renseigner sur l’évolution de ces organismes, les subtilités de leurs relations symbiotiques et de l’importance dans la physiologie de leurs hôtes. »

Les bactéries Midichloria, nom emprunté en 2008 à l’univers Star Wars avec l’approbation de Georges Lucas (lien),  traduisait un  véritable lien en science et fiction, je trouve que la ressemblance pour de ces Cthulhu macrofasciculumque avec le grand ancien plutôt discutable. Nommer ce nouvel organisme en référence à l’entité cosmique emblématique de Lovecraft est, certes, une ode à l’univers étrange et fascinant des microbes, c’est également un bon moyen de d’attirer les journalistes, de médiatiser ses recherches et d’assurer le financement d’un laboratoire. Buzz and Science

Sources:
UBC.ca
publication dans Plos ONE

26 Jan
2012

Chroniques du plancton

Lors d’une petite baignade dans la mer, l’impression de flotter dans la pureté de la minéralité aqueuse ne laisse pas présager un environnement grouillant de vie. Tout ce plancton microscopique est pourtant la base de la chaine alimentaire et véritable poumon de notre Terre. Sublime à travers l’œilleton du microscope.

D’autres vidéos, de la même qualité sur la chaine viméo de Parafilm.

2 Fév
2010

Saisir l’instant à travers l’objectif de Jacques Honvault

A l’occasion de l’exposition Magnifi’Sciences au Palais de la découverte du 26 janvier au 2 mai 2010, découvrez les œuvres de Jacques Honvault. Cet artiste, ingénieur de formation, utilise la photographie pour capturer ce qui échappe à l’œil. Un bon moyen de découvrir les mystères de certains phénomènes liés au lois de la physique, à la croisée de l’art et de la science.

De l’émerveillement nait la curiosité et la compréhension grâce à un encadré explicatif accompagnant chaque photo et permettant au visiteur de comprendre les forces en présence: une sorte de beauté ludique! Ces phénomènes que vous avez certainement déjà vus mais que votre œil n’a pas pu imprimé, l’écrasement d’un ballon qui tombe, volutes de fumée ou l’explosion d’une ampoule. Saisir l’instant au millionième de secondes.

Jacques-Houvault-palais-decouverte-exposition-photographie-sciences-ralenti

Le Ronin – 2007

Pour faire la photo au bon moment, un module électronique a été utilisé pour que le flash se déclenche dès qu’un contact électrique est refermé : en effet un fil électrique plonge dans le ballon pleind’eau. Son extrémité est reliée au module électronique de ma conception. Le deuxième fil sortant du module est solidaire du sabre. Ainsi, lorsque le sabre coupe le ballon, la présence d’eau dans celui-ci permet la conduction électrique déclenchant ainsi le flash.

Une bonne vingtaine de photos préliminaires pour ajuster le cadrage, la position du ninja, du ballon, l’éclairage […] 4 photos avec un ballon rempli d’eau, différentes en terme de faciès et d’angles du sabre.

Ressources

Site web de Jacques Honvault
Galerie photos
Vidéos (interview, making-of…)

Autre articles de photographies scientifiques

7 Déc
2009

Le plus petit bonhomme de neige du monde

record plus petit bonhomme de neige du monde

Ce bonhomme de neige, réalisé par Davd COx au sein du laboratoire Quantum of Britain’s National Physical, mesure 10 microns de diamètre, 1/5ème de la largeur d’un cheveu humain. Il est constitué de deux perles d’étain, utilisées pour calibrer l’astigmatisme microscope électronique. Les yeux et le sourire ont été usinées en utilisant un faisceau d’ions et le nez, qui est inférieure à 1 um de large (ou 0,001 mm), est un dépôt d’ions de platine déposés par un faisceau ionique (vidéo).

Un système de nanomanipulation a été utilisé pour assembler les différentes pièces «à la main» et des dépôts de platine ont permis de souder tous les éléments ensemble. Le bonhomme de neige est monté sur un cantilever de silicium à partir d’un microscope à force atomique dont la pointe acérée ’sent’ les surfaces et permet de crééer des relevés topographiques à l’échelle quasi-atomique.

Source

S’abonner

Recherche

Dans les nuages

Dernières photos

Lampad'oeil EscaLUlier EscaBealieuLator Passer'elle Couronne et pied de château InceBrou SaillePtion Cherche son fils? Le buisson de l'origine du monde

  • RSS
  • Facebook
  • Google+
  • Flickr
  • YouTube
  • Last.fm
  • Delicious